FRI 20 - 10 - 2017
 
Date: Sep 19, 2011
Author: Nadia Aissaoui, Ziad Majed
Source: MEDIAPART
 
Face au «printemps arabe», quid de l'Algérie ?

Beaucoup d’observateurs s’interrogent sur le sort du régime algérien dans un contexte régional qui a vu des régimes arabes indéboulonnables tomber les uns après les autres ou entamer des réformes tout azimut pour calmer la colère de leurs peuples.
Le printemps arabe sème le trouble auprès des dirigeants politiques dans toute la région et réveille les consciences. Quelles répercussions a-t-il eu en Algérie ? Nadia Aissaoui et Ziad Majed pour Mediapart.fr

 

1988 : une révolution avant les révolutions ?

 

Tout d’abord il faut se souvenir que l’Algérie a souvent été un lieu propice aux mobilisations bien avant ce printemps arabe. En 1980, un premier mouvement de contestation a eu lieu dans la région de la Kabylie. Cet évènement appelé « le printemps berbère » dont les revendications étaient surtout d’ordre identitaire a été réprimé dans le sang. En 1984, à la veille de la promulgation du nouveau code de la famille, les organisations de femmes, avec à leur tête des figures féminines de la lutte pour l’indépendance, se sont massivement mobilisées pour protester contre son caractère rétrograde inspiré de la doctrine religieuse. Et puis il y a eu la révolte populaire d’octobre 1988, conséquence d’une crise économique due (entre autre) à la chute du prix du baril de pétrole et au ras le bol d’une jeunesse urbaine désœuvrée.

 

Même si cette révolte a été sévèrement réprimée par le pouvoir avec près de 500 morts selon les sources médicales, des arrestations arbitraires et la torture, elle a donné lieu à un remaniement du paysage politique et sociétal du pays. L’avènement du multipartisme qui en a découlé à partir de 1989 a permis aux organisations politiques activant auparavant dans la clandestinité et à de nouvelles formations d’obtenir un agrément. Le monde associatif a connu un développement fulgurant (femmes, comité de dénonciation de la torture, ligue des droits de l’homme, environnement, etc…). Cette ouverture a permis également à une presse écrite, relativement libre et diversifiée, de voir le jour (même si par la suite, de nombreux journalistes ont été victimes de harcèlement et d’intimidation).

 

Ce climat de liberté a très peu duré. La grande victoire du Front Islamique du Salut (FIS) au premier tour des élections législatives en décembre 1991 a été un tournant marquant dans l’histoire du pays. Ce résultat sans appel a été un choc pour le pouvoir dont les calculs comptant sur la loyauté de la famille révolutionnaire et les voix « laïques » se sont avérés faux. Une grande partie de l’opinion publique (s’exprimant surtout à travers le monde activiste naissant) s’est alors scindée entre ceux qui appelaient à l’arrêt du processus électoral pour faire barrage aux islamistes (les éradicateurs) et ceux qui réclamaient à tout prix la poursuite du processus de démocratisation (les réconciliateurs). En janvier 1992, l’armée pousse le président Chadli à la démission et annonce l’annulation du processus électoral avec comme argument « le sauvetage de la république ». Se sentant dépossédés d’une victoire légitime (alors même qu’ils affichaient leur hostilité au principe de la démocratie comme modèle politique), les islamistes se sont insurgés contre ce qu’ils ont dénoncé comme étant un push et ont pris les armes. L’Etat d’urgence est décrété le 9 février 1992, et l’Algérie sombre dans une guerre tragique qui a fait plus de cent mille morts.

 

Aujourd’hui, nombreux sont les algériens qui considèrent que la révolution a bel et bien eu lieu en octobre 88 et qu’ils en ont payé le prix. C’est néanmoins la transition démocratique qui a été dramatique selon eux. Ils ne sont pas prêts à consentir à d’autres sacrifices, le traumatisme de la guerre civile demeurant encore une plaie ouverte. De plus, les 19 années sous état d’urgence ont appauvri la vitalité de la société, car seules la « stabilité » du pays et la sécurité (lutte anti-terroriste) étaient la priorité. La plupart des formations politiques ont été vidées de leur substance. Certaines ont été décapitées (assassinats des élites intellectuelles et politiques ou exil à l’étranger), d’autres ont été cooptées par le pouvoir. La presse écrite a vu sa marge de manœuvre sensiblement réduite malgré sa résistance, et le mouvement associatif et syndical a été affaibli.

 

Le printemps arabe et ses répercussions

 

L’avènement du « printemps arabe » a été un évènement captivant pour la société algérienne sans pour autant l’inciter à se mobiliser massivement et à sortir de sa léthargie et sa peur.

 

Dans la foulée de l’actualité tunisienne, des actes de désespoir ont été commis par quelques citoyens algériens. Ils ont tenté de s’immoler par le feu pour se faire entendre. Très peu de temps auparavant, des émeutes avaient eu lieu dans la capitale pour protester contre la flambée des prix de certains produits de base. Puis a été créée le 22 janvier 2011 la « Coordination Nationale pour le Changement et la Démocratie » (CNCD). Une coordination qui comptait comme seule formation politique le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie » (RCD) et de nombreuses organisations de la société civile comme la Ligue Algérienne des Droits de l’Homme (LADDH) et certaines organisations de femmes. Quelques rassemblements ont été organisés malgré l’interdiction en vigueur, et ont rapidement été dispersées à coups d’arrestations et de molestation des manifestants par un dispositif démesuré des forces de l’ordre. La CNCD n’a pas obtenu l’adhésion populaire espérée pour faire « tomber le système ». Elle a été très vite traversée par des divisions internes entre d’un côté ceux qui prônaient l’adhésion des partis politiques au mouvement et ceux (surtout les jeunes) qui, au contraire, craignaient de voir cette mobilisation de la société civile récupérée par d’anciennes formations politiques.

 

Par ailleurs, et c’est ce qui semble le plus prometteur en Algérie, une organisation sectorielle de plus en plus structurée se met en place. Qu’il s’agisse des étudiants, des médecins résidents, des enseignants, des gardes communaux, de certains comités de quartiers, et de dizaines de milliers d’internautes, de nombreux mouvements sont en train d’éclore soit sous forme d’associations, soit de syndicats pour porter leur revendications aux autorités concernées. Loin de la culture de l’émeute, ces mouvements sont à la fois pacifiques et porteurs d’un « contenu ».

 

Le pouvoir cherche l’accalmie

 

Le pouvoir sentant la grogne sociale monter s’est dépêché d’annoncer une série de mesures destinées à acheter la paix. Pour faire bonne figure auprès de l’opinion internationale et nationale, il commence par annoncer la levée de l’Etat d’urgence le 24 février 2011. Ensuite le président Bouteflika annonce des réformes législatives et d’amendement de la constitution en vue de « renforcer la démocratie représentative » en Avril 2011. Parmi ces réformes figurent l’instauration d’un quota de 33 % de femmes sur les listes électorales aux élections législatives et locales. Le gouvernement a également approuvé un projet de loi prévoyant une dépénalisation du délit de presse, principale revendication des journalistes depuis les années 1990 ainsi que l’ouverture du secteur de l’audiovisuel sur la base d'une "convention qui sera conclue entre la société algérienne de droit privé concernée et une autorité de régulation de l'audiovisuel, validée par une autorisation délivrée par les pouvoirs publics". En revanche, le fait que Bouteflika ait fait part de son intention de réviser le code de la nationalité - de même que les conditions de candidature aux élections législatives, locales et présidentielles - n’est pas anodin. Il prive par ce geste une partie de l’élite algérienne exilée de la possibilité d’envisager un retour au pays et de prendre part à la vie politique. L’article 82 de l’avant projet de révision de la loi électorale stipule que les candidats à l’APC (communes), APW (wilayas) ou APN (parlement), doivent « être de nationalité algérienne exclusive, d’origine ou acquise depuis vingt ans au moins ». Sachant que l’Algérie compte quelques millions d’émigrés à l’étranger dont une élite compétente et formée, on peut difficilement occulter le potentiel de changement qu’elle incarne tant sur le plan politique qu’économique que culturel, de même que la menace qu’elle peut constituer sur un pouvoir sclérosé.

 

Sur le plan économique, le projet de loi de finances de l’année 2012 annoncé par le gouvernement prévoit une dépense de près de 100 milliards de dollars consacrés aux politiques sociales. Les salaires des fonctionnaires et les retraites ont été revalorisés et l’obtention de crédits facilitée avec des intérêts fortement bonifiés par l’Etat.

 

Toutes ces promesses et mesures prises pour acheter la paix sociale n’apportent pourtant pas de réponses claires quant au changement du système politique. Près de 50 années après l’indépendance, l’Algérie demeure gouvernée par plusieurs clans formés d’anciens technocrates du parti unique et ses satellites et de certains officiers hauts gradés de l’armée. Malgré des luttes entre clans au sein du pouvoir, le vaste réseau clientéliste et de corruption tissé autour de cette nébuleuse permet au pouvoir de se maintenir et de se perpétuer. De plus, la manne financière générée par les hydrocarbures, fait de l’Algérie un pays rentier dont les dirigeants pensent être dispensés de rendre des comptes à une population « qui n’est pas à l’origine de création de la richesse ».


Or, les peuples qui se sont soulevés contre leurs dirigeants durant le printemps arabe ont montré que leurs revendications portaient davantage sur des aspirations politiques qu’économiques. C’est avant tout un désir d’être reconnus comme citoyens maîtres de leur destin, libres de leurs choix et dignes dans leurs vies qu’ils ont exprimé.

 

Pour l’instant, aucun signe tangible n’indique une volonté réelle du pouvoir de mettre en place une alternance politique. On peut même s’interroger à la lumière des évènements récents en Libye si la non reconnaissance officielle du CNT n’est pas une manière symbolique de signifier un refus du changement. Dans les quatre républiques nord-africaines, l’Algérie reste aujourd’hui le seul cas à ne pas avoir connu une révolution menant à la chute de son régime. Son nouvel entourage politique ne rassure guère ses dirigeants…



 
Readers Comments (0)
Add your comment

Enter the security code below*

 Can't read this? Try Another.
 
Studies & Papers for the same author
Yémen et Bahreïn : transitions et répressions
Palestine, 64 ans de solitude
« Innocence des musulmans » : une opération diversion en forme de contre-révolution
Syrie : où est passée la solidarité internationale?
Le régime Assad veut semer la terreur au Liban
Editor In Chief & Webmaster : Nazih Darwish
Copyright 2017 . All rights reserved