FRI 20 - 10 - 2017
 
Date: Apr 30, 2011
Author: Nadia Aissaoui, Ziad Majed
Source: MEDIAPART
 
A l'affût des révolutions. Bahreïn, le royaume oublié

Alors que les massacres commis par le régime de Bashar El-Assad en Syrie sont aujourd’hui les événements les plus préoccupants dans la région (voir notre article «Syrie: la peur a changé de camp»); que la situation en Libye ne cesse de se complexifier; que le Yémen semble se préparer à entamer une nouvelle étape avec le départ probable de Ali Abdallah Saleh; le Bahreïn connaît des événements dont l’importance est éclipsée par l’actualité arabe dominante.


Les derniers mois ont été rythmés par une contestation populaire réprimée par les « services de sécurité nationale » et par une intervention militaire saoudienne venue au secours du régime de Manama qui accuse l’Iran d’orchestrer une tentative de renversement.
 
Un rappel historique pour mieux comprendre la situation
 
L’agitation politique et les soulèvements populaires à Bahreïn ne sont pas récents. Lorsque le pays est devenu un émirat indépendant à la fin du protectorat britannique en 1971, il était – dans sa hiérarchie politique et ses structures sociales – le produit de trois siècles durant lesquels l’Iran, la Grande-Bretagne, des tribus arabes du Koweït, du Qatar et de la péninsule (l’Arabie saoudite d’aujourd’hui) ont joué un rôle important.
Gouverné par la famille sunnite Al-Khalifa depuis 1783 (une famille descendant de la tribu Béni-Atba qui a émigré de la péninsule vers le Koweït et le Qatar avant de s’installer à Bahreïn), l’émirat est un lieu de brassage ethnique et confessionnel. Coexistent dans le pays, Arabes (en grande majorité) et Perses, tous divisés entre chiites (65%), sunnites (33%) ainsi que minorités non musulmanes. A eux se sont ajoutés, depuis le boom pétrolier de 1973, des ressortissants étrangers (provenant en particulier du Moyen-Orient et de l’Asie du Sud-Est) qui constituent aujourd’hui près de 30% de la population.


La légitimité du règne des Al-Khalifa n’a jamais fait l’unanimité. La majorité chiite du pays s’est toujours considérée comme politiquement marginalisée. La manifestation de son désaccord au début des années 1970 a pris la forme de marches, de rassemblements et de grèves fomentés par des organisations libérales et de gauche dont les revendications allaient de la participation au pouvoir au changement du régime en place.
Le rythme des manifestations s’est d’une certaine façon modéré entre 1975 et 1980 grâce à l’amélioration notable de la situation économique (hausse du prix du pétrole) et financière avec le transfert d’une partie des activités bancaires du Liban plongé dans la guerre civile.


La révolution iranienne de 1979 et l’arrivée au pouvoir de l’imam Khomeiny ont considérablement influencé la communauté chiite de Bahreïn en islamisant son discours et les formations politiques qui la représentaient. Par ailleurs, pour contrer la révolution iranienne, l’Arabie saoudite a favorisé la montée d’un sunnisme salafiste tandis que les politiques des Al-Khalifa – se sentant menacés – se sont durcies.


C’est ainsi que les années 1980 ont été le théâtre de conflits et de confrontations entre le pouvoir et les opposants chiites, et de tensions croissantes entre chiites et sunnites. Ce climat a perduré durant les années 1990 avec son lot de violences sporadiques, d’arrestations d’opposants politiques et de discrimination socio-économiques à l'encontre des bases populaires de l’opposition et leurs régions (souvent rurales).


En 1999 et 2000, un changement politique notable se produit après le décès de l’émir Issa Al-Khalifa et la passation de pouvoir à son fils Hamad. Le nouvel émir affiche son ambition d’opérer une transition vers une monarchie constitutionnelle. Il s’ouvre à l’opposition et autorise les dissidents exilés à rentrer au pays. Les prisonniers politiques sont libérés et une presse indépendante voit le jour. En 2002, une nouvelle constitution est adoptée, assurant le passage de l’émirat vers la monarchie. Des élections parlementaires sont organisées pour choisir un parlement qui, conjointement avec le « conseil consultatif » (Majliss al-Choura) désigné par le roi, prend en charge le pouvoir exécutif. Bahreïn traverse ainsi une phase de stabilité relative.


Mais en 2005, on assiste à un retour en force des tensions et des mesures répressives. Les opposants accusent l’entourage conservateur du roi, de même que son oncle (qui est aussi son premier ministre), d’œuvrer pour l’avortement du processus politique qu’il a entamé, et de mener une contre-offensive pour renforcer son emprise sur le pays. Ces critiques portent notamment sur le retour de pratiques discriminatoires envers les citoyens (chiites en particuliers), la marginalisation du parlement, les pressions sur les organisations de la société civile et l’encouragement dispensé aux courants extrémistes sunnites. Des personnalités politiques chiites accusent également les autorités de procéder à la naturalisation de Syriens, Jordaniens et autres citoyens étrangers de confession sunnite pour modifier l’équilibre démographique du pays.


Quant aux autorités de Manama, elles imputent aux opposants chiites des tentatives d’affaiblissement du régime, des accointances avec l’Iran et une velléité de s’inspirer (ou même de reproduire) le modèle confessionnel iraquien de l’après Saddam Hussein. Il faut savoir que l’Irak, qui compte près de 60% de chiites (opprimés et marginalisés sous Saddam), a adopté après 2003 une loi électorale proportionnelle et des quotas aux niveaux des postes clés du pouvoir. Ce qui a permis, depuis, aux chiites de jouer un rôle très important voire dominant dans la politique irakienne.

 
Les révolutions tunisienne, égyptienne et yéménite ont donné un nouveau ton à l’opposition à Bahreïn. Cette dernière n’a pas tardé à organiser durant tout le mois de février des manifestations et à occuper la fameuse place (rond point) de la Perle dans la capitale. Même si les slogans utilisés ne faisaient aucunement allusion à la question confessionnelle, le clivage confessionnel (vertical) dans la société (sunnite/chiite) était difficilement dissimulable.
C’est à coup de contre-manifestations que le pouvoir a organisé son offensive politique et sécuritaire, exacerbant au passage les tensions communautaires. Devant l’aggravation de la situation avec d’un côté le pouvoir incriminant l’Iran et le Hezbollah libanais, et de l’autre une opposition déterminée, l’intervention des forces des Etats du « CCG – Conseil de coopération du Golfe » appelées « Bouclier de la péninsule » (majoritairement saoudiennes) ne s’est pas fait attendre. Elle a eu lieu à la demande du régime Al-Khalifah sous prétexte de contrer une tentative de coup d’Etat.
Le 16 mars, les campements de la place de la Perle ont été démantelés. On a compté une vingtaine de victimes, des dizaines de blessés et des centaines de prisonniers (y compris de nombreuses femmes).
 
Le rond point de la Perle a été rasé tout comme la stèle érigée en 1981 en symbole de « fraternité » à l’occasion de la tenue de la réunion du CGG à Manama. Une autoroute est censée remplacer la place et réduire à néant toute possibilité de rassemblement en ce lieu, jadis public.


Depuis, une guerre de communiqués accusateurs fait rage entre l’Arabie saoudite, l’Iran, Bahreïn et le Hezbollah. Des revues et publications ont été interdites, des fonctionnaires de l’Etat et des professeurs universitaires ont été licenciés, et le travail des journalistes a été entravé. Pourtant, l’opposition continue d’appeler à la mobilisation dans les quartiers majoritairement chiites, dans l’espace virtuel (Facebook, forums), à travers des chaînes satellitaires (religieuses). Des échanges interminables alimentent le débat notamment sur ce qui est considéré comme une ingérence de l’Arabie saoudite dans les affaires de Bahreïn pour contrecarrer une instrumentalisation d’ordre confessionnel et donc une implication iranienne.


Une répression passée sous silence


Le fait que Bahreïn soit pris entre ses deux grands voisins saoudien et iranien ainsi que le clivage confessionnel qui le traverse font que la couverture de la plupart des médias arabes (souvent affiliés aux Etats du CCG) est mitigée. Dans le même temps, le trouble des pays occidentaux – en particulier des Etats-Unis – est tel qu’ils ne se contentent que de timides appels au calme et aux réformes. Il faut rappeler que les Etats-Unis disposent à Bahreïn de leur plus grande base navale dans la région. La crainte de l’influence iranienne ainsi que le déboussolement des pays européens notamment avec l’expérience libyenne laissent toute la latitude au pouvoir de Manama pour étouffer la contestation.


Les positions des voisins et des pays arabes


L’Iran a ouvertement soutenu les revendications de l’opposition bahreïnie tout en niant une quelconque ingérence. L’Arabie saoudite ainsi que la majorité des pays arabes y compris la Syrie (alliée de l’Iran) soutiennent le régime de Manama et l’intervention des forces du « Bouclier de la péninsule » (voir sous l'onglet Prolonger un éclairage sur la position saoudienne). Quant au Liban, il est divisé entre le courant du Futur de l’ancien premier ministre Saad Hariri, qui soutient le pouvoir, et le Hezbollah qui, lui, soutient l’opposition. Les autorités de Bahreïn ont d’ailleurs annoncé une interdiction de voyager à destination du Liban et ont menacé les ressortissants libanais d’expulsion au motif de l’ingérence du Hezbollah dans les affaires internes du royaume.


De son côté, le chef du gouvernement irakien a fait part de sa condamnation des pratiques de Manama. En conséquence de quoi Bahreïn a annoncé son refus de participer à la prochaine réunion de la Ligue arabe censée avoir lieu dans les semaines qui viennent à Bagdad. Ce qui risque d’entraîner soit un report soit une annulation de la réunion et qui n’est pas sans arranger les affaires de certains pays tels que la Syrie dont le régime est trop absorbé par la répression de son peuple, l’Egypte et la Tunisie en pleine transition et donc centrés sur leurs défis internes et sur les priorités de leur voisinage direct.


Nadia Aissaoui est sociologue, Ziad Majed est enseignant à l’Université Américaine de Paris. Pour Mediapart, ils tiennent chaque semaine une chronique d'un monde arabe en ébullition: les révolutions en cours, les grands débats, les informations passées inaperçues en France, la place des femmes, la place de l'islam, etc. A ces chroniques s'ajoutent celles de Tewfik Hakem, «Vu des médias arabes».
Le site de Ziad Majed :
www.ziadmajed.net/
Le site de Nadia Aissaoui : www.medwomensfund.org/

 



 
Readers Comments (0)
Add your comment

Enter the security code below*

 Can't read this? Try Another.
 
Studies & Papers for the same author
Yémen et Bahreïn : transitions et répressions
Palestine, 64 ans de solitude
« Innocence des musulmans » : une opération diversion en forme de contre-révolution
Syrie : où est passée la solidarité internationale?
Le régime Assad veut semer la terreur au Liban
Editor In Chief & Webmaster : Nazih Darwish
Copyright 2017 . All rights reserved